Publié le 6 septembre 2021 Mis à jour le 14 septembre 2021
le 1 septembre 2021

Depuis début mai 2021, Cécile Richard dirige le Centre de Formation des Musicien.nes Intervenant.es (CFMI) dont elle assure également la coordination pédagogique. La rentrée de septembre est l'occasion de faire connaissance.

 
Son parcours

C. R. : « Issue d'une famille de musiciens, j'ai suivi le même chemin. Je suis altiste et après mes études au CNSMD de Lyon (formation initiale et pédagogie), j'ai joué et enseigné pendant une quinzaine d'années. J'ai eu un parcours artistique assez éclectique, avec une teinte plus marquée du côté de la création contemporaine. J'ai eu très vite un fort goût pour la transmission, j'aime enseigner. Je m'intéressais aux territoires sur lesquels j'oeuvrais et à leurs publics, j'avais envie de travailler en équipe. En 2003, j'ai saisi une opportunité de prendre la direction d'un établissement d'enseignement artistique. J'ai aimé cette expérience et je me suis formée à ce métier de direction puis j'ai travaillé pour plusieurs collectivités aux caractéristiques différentes, c'est très formateur aussi ! Mon passage de plusieurs années en tant que directrice du conservatoire de Givors a été une étape fondatrice pour moi. En effet, la superficie de la ville est majoritairement classée comme zone de géographie prioritaire. J'ai commencé là une réflexion que je poursuis toujours sur l'accessibilité sociale à la culture et aux pratiques artistiques, travail que je suis venue nourrir quelques années plus tard... à l'Université Lumière Lyon 2, dans le cadre du master DPACI, nouveau temps de formation qui a vraiment été une grande respiration, pour moi ! J'ai soutenu mon mémoire sur les contributions des établissements d'enseignement artistique aux Politiques de la ville en septembre 2020. Je faisais alors partie de l'équipe de direction du Conservatoire à Rayonnement Régional de Lyon depuis presque 5 ans. En décembre 2020, une collègue m'a parlé de l'offre de recrutement pour la direction du CFMI, j'ai postulé et je suis arrivée au CFMI au début du mois de mai dernier ! »

Questionnaire de Proust

Quelle est la ville où vous aimeriez vivre ?
C. R. : « Je suis parisienne de naissance. Je vis à Lyon depuis presque 30 ans. Une ville dans laquelle j'aimerais vivre, vraiment, vraiment ? Ce serait... Lyon ! »

Quel est votre film culte ?
C. R. : « Un seul... Il m'en vient un certain nombre... Alors dans l'ordre de ce qui se présente : "Une journée particulière" d'Ettore Scola et puis "Certains l'aiment chaud" de Billy Wilder, que j'ai revu il y a peu mais il y en a d'autres... »

Si vous n'étiez pas devenue directrice du CFMI à Lumière Lyon 2, qu'auriez-vous aimé faire ?
C. R. : « Jusqu'ici, j'ai fait tout mon parcours dans les conservatoires, en tant qu'élève, étudiante, enseignante et directrice ou membre d'équipe de direction. Quand j'ai postulé pour la direction du CFMI, je me disais qu'il était temps que je "sorte" du conservatoire ! Je pensais au secteur de la formation professionnelle et/ou du développement culturel. Je voulais conjuguer mon expérience dans le secteur culturel et artistique avec mon travail sur les Politiques de la ville en trouvant un poste qui associe ces secteurs de la culture, avec les champs du social et de la transmission. Alors sans hésiter, je crois que j'aurais cherché un poste de direction des affaires culturelles ou de pilotage de projets culturels dans une collectivité comportant des quartiers classés en géographie prioritaire. Mais l'avantage du CFMI est de permettre de conjuguer aussi tous ces aspects ! »

Quel est votre mot favori ?
C. R. : « J'aime les mots, je lis et j'écris beaucoup, alors à nouveau, un seul...! Dans ce cas, disons que ça dépend des jours... Au moment où j'écris, ce serait... "Tatami", je pratique l'aïkido qui nous a été interdit depuis un an et demi mais nous allons pouvoir reprendre, le tatami en ce moment, j'en rêve la nuit !
Et je ne réussis pas à m'empêcher d'ajouter un mot que je n'aime pas du tout, mais alors pas du tout : "distanciel"... »

Qu'est-ce qui vous fait peur ?
C. R. : « L'obscurantisme, la violence, les liens sociaux mis à mal... »

Quel est le don que vous aimeriez posséder ?
C. R. : « L'ubiquité, mais je ne sais pas si c'est une bonne idée... Ou bien, faire la cuisine un peu mieux, ce ne serait pas mal aussi ! »

Quelle est votre dernière lecture (roman, bd...) ?
C. R. : « "Nuit d'ambre" de Sylvie Germain, c'est une auteure qui compte beaucoup pour moi, peut-être surtout ce livre que je relis, réflexion très poétique sur le temps, la mémoire et le deuil. Pas léger, mais vraiment beau... »

Que vous reproche-t-on souvent ?
C. R. : « La liste de mes défauts est bien trop longue pour être indiquée ici... Entre autres alors, j'ai du mal à dire quand ça ne va pas, je crois que ça énerve mon entourage, parfois... »

Qu'est-ce qui vous fait rire ?
C. R. : « Plein de choses, dès lors qu'on ne se moque pas... mais je ne ris pas de tout, non plus. »

Que détestez-vous ?
C. R. : « La violence et la mauvaise foi. »

Quelle est votre devise ?
C. R. : « Essayer de ralentir le temps pour mieux l'habiter... Je pourrais dire aussi : prendre le temps de respirer et d'écouter... »

Quel est le moment de la journée que vous préférez ?
C. R. : « Je n'ai pas vraiment de préférence : j'aime bien le réveil quand on a bien dormi, la journée de travail quand les choses avancent, le midi avec les collègues ou bien, baskets aux pieds, pour faire au petit trot, quelques tours du parc du Vinatier, et évidement, ce moment de la fin de journée que les français aiment tant (et moi aussi !) pendant lequel on peut se retrouver entre amis aux terrasses de cafés, et aussi bien-sûr, une soirée bien accompagnée, et faire de beaux rêves la nuit... »

Informations pratiques

Date(s)

le 1 septembre 2021